Suivi des sites classés

Suivi des sites classés de notre secteur

Quelques généralités

CEVE communique avec les exploitants à l’occasion des réunions « officielles » auxquelles nous sommes conviés (telles que les CSS : Comité de Suivi de site), mais aussi via des contacts directs et réguliers.

Les documents de référence sont les arrêtés d’exploitation qui, notamment, indiquent quels rejets (eau, air, …) doivent être analysés et suivant quelle périodicité. Ils sont disponibles en ligne .

ISDND de Mercey

CEVE est membre de la CSS, et du bureau de CSS, du site.

A ce titre, nous rencontrons l’exploitant deux fois par an pour discuter de l’actualité du site (travaux, bilan d’exploitation, incidents) et étudier l’évolution des résultats d’analyse des rejets atmosphériques et dans les eaux souterraines. En dernière CSS (automne 2019) la question de la surveillance nocturne a fait débat.

Nous alertons en cas de problèmes, par exemple d’épisodes odorants, pour comprendre la cause… et veiller à ce que des dérives telles que celles constatées en 2014/15 ne se reproduisent pas.

Le site a connu plusieurs incendies ces dernières années : nous avons porté une attention particulière à l’analyse des causes et conséquences, et aux mesures préventives qui ont été décidées par la suite.

CNPP

Les activités du CNPP ne passent souvent pas inaperçues… les gros panaches de fumée noire suscitent beaucoup de questions. L’impact sur la qualité des eaux souterraines est moins visible mais nécessite une attention toute particulière :des composés perfluorés y sont abondamment utilisés.

CEVE est désormais un interlocuteur privilégié des entreprises présentes sur le site, avec plusieurs réunions annuelles. Nous avons été informés des très importants travaux mis en oeuvre pour en limiter l’impact, et prenons connaissance des analyses des retombées des fumées et des eaux souterraines.

Une de nos principales inquiétudes a été levée début 2020, avec la confirmation que les taux de perfluorés dans les sources environnantes (notamment la source Chevriers de Saint-Just, où ils étaient les plus élevés) sont en bien en deçà des préconisations de l’ANSES pour les eaux de consommation.

Mais nous restons évidemment vigilants sur tous les autres impacts.

%d blogueurs aiment cette page :